On reeeeefait la carrière de

On reeeeefait la carrière d’Abbie Cornish

Pour fêter le retour de cette chronique toute en images, on vous propose cette semaine de (re)découvrir une étoile montante du cinéma, la très jolie et talentueuse Abbie Cornish.

 

 

Candy (2006)

 

C’est en formant un couple sulfureux accro à l’héroïne avec le regretté Heath Ledger que la jeune australienne de 29 ans commence à percer. Le film sera sélectionné à la Berlinale 2006, mais repart bredouille.

 

 

Une Grande Année (2007)

 

Première percée avec le grand public, Abbie Cornish tourne sous la direction du grand sir Ridley Scott, pour le dispensable Une grande année, au côté de Russell Crowe et Marion Cotillard. Elle y campe une fille illégitime venant troubler la douce vie provençale de Max, alias Russell Crowe.

 

 

Bright Star (2009)

 

Après avoir notamment figuré au casting de l’histoire Elizabeth II : L’Age d’Or, Abbie Cornish charme la critique avec le très beau Bright Star, de Jane Campion. En compétition au Festival de Cannes 2007, le film raconte une romance passionnée et complexe entre un jeu poète anglais en manque d’inspiration et sa voisine, Fanny. Elle donne la réplique à un autre espoir du cinéma, britannique cette fois-ci, Ben Whishaw.

 

 

 

Sucker Punch (2011)

 

Changement de registre total pour Abbie Cornish qui se retrouve ici sous la direction du fantasque Zack Snyder. Elle y joue une des sexy hit-girls et le public découvre une actrice aussi sensuelle que sculpturale.

 

 

 

W./E. (2012)

 

Après avoir donné la réplique au non moins charmant Bradley Cooper dans Limitless, Abbie Cornish retrouve un premier rôle sous la direction de Madonna. Elle y joue Wally Winthrop, une femme qui, déçu par son mariage, se passionne pour les objets ayant appartenu au Duc et à la Duchesse de Windsor (la fameuse Wallis Simpson) et découvre cette histoire romantique qui bouleversa le royaume britannique à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

 

Voyez-vous en Abbie Cornish une future grande actrice ?