On reeeeefait la carrière de

On reeeeefait la carrière de : Meryl Streep

Elle est la recordwomen du nombre de nominations aux Oscars. Elle est assurément l’une des meilleures actrices au monde. Elle est à l’affiche de La Dame de fer, où elle campe avec élégance et droiture Margaret Thatcher. Elle, c’est Meryl Streep, dont on va reeeeefaire la carrière, là, maintenant !

 

 

Kramer contre Kramer (1980)

 

Après avoir été révélée dans Voyage au bout de l’Enfer (Oscar du meilleur film en 1979), où elle y joue l’une des rares femmes, c’est dans Kramer contre Kramer que la belle blonde explose. Nommée aux Oscars en 79 (meilleur second rôle féminin), sa performance en mère indigne dans un couple qui se déchire pour Kramer contre Kramer, lui vaut la statuette l’année suivante.

 

 

 

Le Choix de Sophie (1982)

 

Suite logique mais fait rare, Meryl Streep grimpe les échelons à une vitesse incroyable. Après le second rôle, elle glane l’Oscar de la meilleure actrice pour sa performance éblouissante dans ce film d’Alan J. Pakula, où elle incarne une belle immigrée polonaise. Elle ajoute un nouveau rôle de femme forte (et faible en même temps) à sa carrière.

 

 

 

Out of Africa (1985)

 

Pour ce film aux sept Oscars, doté d’un larmoyant pour le moins efficace, Meryl Streep signe un rôle fort aux côtés de Robert Redford, dans cette histoire d’amour qui finit, mais marquera à jamais le grand public. Meryl Streep est déjà une grande incontournable.

 

 

 

La mort vous va si bien (1992)

 

Habitués aux rôles lacrymaux et très souvent émouvantes, Meryl Streep tente de diversifier ses apparitions à l’écran. Chez Robert Zemeckis et face à Goldie Hawn qu’elle essaye d’éliminer, elle excelle en morte-vivante dans cette comédie fantastique inattendue.

 

 

 

The Hours (2002)

 

Pour Stephen Daldry, Meryl Streep remet le costume qui lui va si bien, le costume de femme attachante. Editrice d’un écrivain atteint du SIDA, et dont elle était jadis l’amant, elle livre une prestation mélancolique et touchante.

 

 

 

Le Diable s’habille en Prada (2006)

 

Pour qui trouve que la carrière de Meryl Streep semble avoir une cohérence au niveau des rôles, ce film devrait le dérouter. Elle y incarne la prêtresse de la mode et rédactrice en chef de Vogue, Anna Wintour et a un malin plaisir à torture la belle Anne Hathaway en ponctuant ses directives d’un « That’s all » mémorable.

 

 

 

Mamma Mia ! (2008)

 

Après avoir retrouvé Robert Redford et joué la carte engagée dans Lions et Agneaux (aux côtés de Tom Cruise), Meryl Streep tente une drôle d’expérience sous la direction de Phyllida Lloyd. Armée d’une salopette, la voici à pousser la chansonnette et la chorégraphie dans la comédie musicale Mamma Mia, en hommage au groupe Abba. Un raté mémorable, qui malgré tout, prête plus à sourire qu’à se lamenter. Conclusion : même dans le nanard, Meryl Streep y est excellente.

 

 

 

La Dame de Fer (2012)

 

Sur le tournage de Mamma Mia alors qu’elle devait sûrement regarder évoluer devant la caméra la pétillante Meryl Streep, une idée saugrenue est venue à la directrice Phyllida Lloyd. Et si on faisait un biopic de Margaret Thatcher tiens ? Sauf que Lloyd rate son biopic, mais fait briller Meryl Streep, une nouvelle fois nominée partout. Quand on est une grande, on le reste !

 

 

 

 

Votre film favori avec Meryl Streep, c’est ?