Critiques de films, Drame, E-cinéma/VOD/Vidéos, Romance

Test DVD : La Dame aux Camélias

Après Mauro Bolognoni, La Dame aux Camélias, roman d’Alexandre Dumas fils et une des plus célèbres histoire d’amour fait l’object d’une nouvelle adaptation signée Desmond Davis (Chapeau melon et botte de cuir, Le Choc des Titans), avec Colin Firth et Ben Kingsley au casting.

 

 

 

 

Surnommée Camille, la belle Marguerite (Gretta Scacchi) est une courtisane au service des hommes les plus puissants de Paris. Le jeune Armand Duval (Colin Firth) tombe éperdument amoureux d’elle et décide de gagner son cœur. Leur amour grandissant, Marguerite est prête à renoncer à son mode de vie libertin… Une épopée romantique, la rencontre entre un homme et une femme qui malgré leurs différences tentent de vivre leur amour.

 

 

Vu comme l’une des plus belles histoires d’amour dans la littérature française, La Dame aux Camélias a connu de nombreuses adaptations, que ce soit au cinéma ou à la télévision. Le personnage Marguerite, un des exemples de la femme moderne, a été interprétée par des actrices de haut rang, telles que Sarah Bernhardt ou Greta Garbo en passant par Isabelle Huppert. Pour la version de Desmond Davis, c’est Gretta Scacchi (Chaleur et poussière, 1982) qui interprète la jeune femme au caractère bien trempée, qui voit ses habitudes bousculées lorsqu’Armand Duval tombe amoureux d’elle. Au fil des sentiments, Marguerite voit sa vie changer. Alors qu’elle croit vivre le bonheur aux côtés d’Armand, son passé la rattrape, entre dettes et libertinage. Le père d’Armand (interprèté par Ben Kingsley, l’autre vedette du film) ne l’accepte toujours et refoule sa sincérité, obtenant que celle-ci se sépare d’Armand.

 

La Dame aux Camélias version Desmond Davis, l’auteur de la série Chapeau melon et bottes de cuir et du film Le Choc des Titans, manque cruellement de rythme. Derrière les mièvreries apparentes de la première partie, le film pêche à cause d’un faux-rythme et d’une écriture manquant réellement de finesse et d’intérêt. Si les magnifiques costumes et la belle bande son remontent un peu l’estime, la force romantique du film est d’ors et déjà brisée. La seconde partie, où les enjeux se font plus intenses, gagne en intérêt. Colin Firth, qui y fait l’une de ses premières apparitions, balbutie son jeu, et ne connaitra réellement le succès qu’en 1989 lorsque Milos Forman lui offre la tunique du séducteur Valmont, l’inverse de son personnage dans La Dame aux Camélias. Desmond Davis complète un beau casting -pour un film très moyen- avec Gretta Scacchi et surtout Ben Kingsley (oscarisé pour Gandhi en 1982). Malgré ce bel attelage physique et un casting reluisant, La Dame aux Camélias manque cruellement de relief et ne captive guère sur l’ensemble.

 

 

 

Informations sur le DVD

 

Contenu du DVD

 

– Film (95′)

– Packaging Digilive, raconte l’histoire de l’oeuvre et sa portée universelle, avec également une présentation de la carrière de Colin Firth

– Bande-annonce

 

 

Spécificités techniques

 

Couleur – VF 5.1 et VO 2.0 – 16/9 Compatible 4/3 – 1.33 – Durée : 1h35

 

DVD disponible dès le 10 février aux prix de 16.99 €